Lyon et le regard du poète !

Lyon et le regard du poète !

Lyon, c’est une ville qui bat comme le cœur d’un homme ou d’une femme !

Ce cœur qui vit, et ne s’arrête jamais, qui ralentit avec la nuit pour repartir au matin. Les restaurants, les passants, les hôtels et les brasseries, les boites de nuit et les magasins, tout vit ensemble comme un organisme, comme une mécanique bien huilée, où les individus se baladent et se rencontrent, découvrent et profitent de ce lieu magique, où les commerces et les immeubles cohabitent et s’architecturent comme une ville dans la ville.

D’une colline à l’autre, on dévoile de nouvelles fontaines et de nouveaux parcs ; d’une rue à l’autre, et d’un boulevard à une avenue, on apprend de nouveaux chemins, on lève les yeux vers de nouvelles façades, qu’on n’avait jamais pris le temps de regarder.

« Tiens, je ne connaissais pas cette boulangerie… Ah, un nouveau restaurant a ouvert au coin de la rue… Dis donc, quelle est cette nouvelle boutique à la sortie du métro ? »

Et l’on reprend sa route, un peu plus curieux, un peu plus ouvert à ce que la Capitale des Gaules nous offre à chaque instant.

Alors vous aussi, profitez de ce que vous êtes à Lyon, de passage et en visite, ou depuis longtemps comme habitant. Profitez de ce que Lyon vous apporte chaque jour, chaque semaine, de nouveaux horizons et de nouveaux échanges.

Des échanges avec les gens. Ceux que vous rencontrez tous les jours mais à qui vous ne parlez jamais, comme un chauffeur de bus ou un facteur, un policier ou un touriste en goguette. Eux aussi habitent, parcourent, éprouvent la même ville, à vos côtés, à leur manière. Et Lyon, comme chaque ville, est un immense cocktail silencieux d’individus et de possibilités.

Des échanges avec les lieux aussi. Ces endroits, uniques et apparemment figés, qui vous accueillent et vous émerveillent, qui vous attirent et vous renvoient vers d’autres lieux. A l’infini.

A chaque seconde, vous pouvez vous arrêter et voir Lyon comme vous ne l’avez jamais vue.

Faire le marché sur les quais de Saône au petit matin, quand les marchands étalent leurs produits en attendant que la ville se réveille. Faire un footing sur les berges du Rhône pour s’aérer et s’ouvrir l’appétit avant le déjeuner. Passer l’après midi au Parc de la Tête d’Or, emmener ses enfants assister à leur première représentation de Guignol. Boire un verre avec des amis sur le plateau de la Croix Rousse, bercé par les derniers rayons de soleil de la journée. Aller dîner à Vaise ou à la Mulatière, et rentrer chez soi, à pied ou en vélo, en contemplant la magie des lumières de la ville quand le ciel s’est éteint.

Quel que soit le quartier où vous vous trouvez, il y a toujours quelque chose à voir ou à faire, quelque curiosité à satisfaire ou quelque envie à poursuivre.

Alors prenez Lyon comme une amie, vivante et avenante, apprivoisez-la, séduisez-la !

Si Lyon pouvait parler, elle vous dirait : « La vie c’est comme une traboule qu’on emprunte pour la première fois ; avec des yeux d’enfants, avec excitation et surprise, sans savoir exactement comment on en ressortira. »

Alors vous aussi, sortez de chez vous, rendez-vous en ville et prenez le temps de l’écouter vous parler.